Présentation de Rubrik : ENFIN !

Oui, je sais, tout le monde ou presque me le demande depuis pas mal de temps : “mais alors, pourquoi tu ne parles pas de Rubrik, ça fait le buzz, c’est génial il parait” tout ça tout ça …

Oui, je sais, j’ai frustré beaucoup de gens l’année dernière en ne parlant que de Cohesity alors que Rubrik était déjà en lice pour le titre de “société dans le vent” à l’époque.

Ok, je vous ai compris ! Ready ? Alors, on y va, ENFIN ! Présentation de la solution de sauvegarde Rubrik.

Rubrik, c’est quoi, donc ?

Alors, déjà, non, ce n’est pas un cube de couleur (je suis en forme aujourd’hui ^^). C’est une solution très sérieuse de backup particulièrement prisée en ce moment. Pourquoi ? Finalement, c’est relativement simple : elle porte en elle la plupart des atouts qui font un bon produit. Les voici, en détail et par le menu :

Des bases technologies solides ayant fait leurs preuves

En effet, Rubrik est basé sur le moteur de base de donnée Apache Cassandra utilisé principalement sur les environnements Big Data. Capable de stocker et gérer des volumes de données à la hauteur de ces type de workloads, elle est malgré tout adaptable à de nombreux usage, dont la sauvegarde. Cela donne à la solution un potentiel quasi illimité en matière de volumétrie et de nombre d’objets stockés. Le mode de stockage de Cassandra en fait également une offre très sécurisée et dont les mécanismes de tolérance aux pannes ont déjà fait leurs preuves, Open Source oblige. De fait, Rubrik utilise donc un système de stockage qui donne confiance, premier bon point pour un outil dont la seule utilité au final est d’être le dernier rempart face à la perte irrémédiable de données de l’entreprise :)

Rubrik est fournie sous forme d’appliance virtuelle ou physique intégrée. La configuration de base est de 3 noeuds, extensible à l’infini (disons plutôt “beaucoup”, le Marketing est toujours à l’affut ^^). Chaque appliance physique dispose, très classiquement, de deux type de support, un cache rapide sous forme de SSD et un tier capacitif avec des disques SAS, histoire d’accélérer tout ce petit monde logiciel pendant les phases critiques de backup.

Une ouverture très forte vers LA tendance actuelle, le cloud

Rubrik est également très porté sur le cloud, si j’ose dire. Certes, la solution est capable de gérer des backups en utilisant le stockage local connecté à l’appliance, mais elle peut aussi utiliser des repositories/buckets externes. Aujourd’hui, NFS, et Amazon S3 sont nativement gérés, mais d’autres cloud providers devraient enrichir les connecteurs disponibles bientôt. Ceci étant, avec le protocle NFS, on s’ouvre potentiellement et de manière agnostique à bon nombre d’hébergeurs.

On associe à chaque type de support une classe de service, que l’on va pouvoir utiliser à son gré au sein des politiques de sauvegarde.

De plus, les virtual appliances, sont disponibles également sous forme de fichier compatible directement avec Google Cloud et Azure (fichier VHD), ce qui permet de monter son service de backup directement au sein de ces clouds, en full Off-premise.

Une ergonomie qui me fait m’énerver encore un peu plus sur Avamar (vous les voyez mes gros yeux ?)

Nous sommes informaticiens, nous savons tous ce qu’est une CLI et nous maîtrisons beaucoup de concepts techniques complexes, mais ce n’est pas pour autant qu’on doit faire systématiquement face à des interfaces d’administration abscontes, des concepts volontairement capillo-tractés, voir des MACHINS nécessitant encore Java en 2017 …

Et, oui, Rubrik est simple, facile d’accès, les concepts utilisés sont évidents … et full HTML évidemment. Conséquence, sa prise en main est rapide, voir ludique. C’est quelque chose qui va presque de soit aujourd’hui, mais c’est toujours aussi important à mes yeux de le rappeler : une interface simple et ergonomique donnée à un informaticien, c’est quasi systématiquement une formation évitée et une adoption rapide. Agilité et efficience, comme disent nos chers directeurs et managers :)

Une politique de licensing limpide et “all-inclusive”

Le mode de licensing est globalement très simple : vous payez le coût au To brut disponible, ni plus, ni moins. Si vous êtes en appliance virtuelle, c’est le nombre de To connectés qui définiront le montant de la facture. D’autre part, toutes les fonctionnalités sont “comprises dans le prix”, pas de coût caché pour un connecteur actuel ou futur. Une nouvelle version intègre des fonctions qui vous intéressent mais qui n’étaient pas présentes au moment de votre achat, peu importe, vous en héritez de-facto.

Une offre solide et riche fonctionnellement

Je ne vais pas détailler toutes les fonctions offertes sur Rubrik, d’autant que je n’en ai sans doute vu qu’une petite partie. Non obstant, certaines d’entre elles méritent une certaine attention et d’autres font partie “des standards actuels” du marché comme les instant-recovery ou le file-level-restore.

Par exemple, en matière de disaster recovery, le process de remise en route est extrêmement simple : étant donné que l’ensemble des données (index, métadata et données elles-mêmes) sont toujours stockées dans les volumes mis à disposition, il suffit de remonter une appliance vierge (physique ou virtuelle), reconnecter le volume contenant les backups et la reconstruction est automatique (on retrouve ici un mécanisme présent chez Nakivo, un autre fournisseur de solutions de sauvegarde qui monte, à voir ici). On peut noter aussi que Rubrik ne va pas spontanément rappatrier l’ensemble des données situées sur un volume cloud, mais seulement réinitialiser l’index et les métadonnées. En effet, vous le savez sans doute, mais en matière de réversibilité, le cloud coute en général très cher, il est tellement plus facile de faire payer un client qui veut récupérer ses données quand il en a besoin … Les fournisseurs de cloud n’auraient-il pas quelque part une stratégie proche de celles des cryptolockers ? Je vous laisse méditer (et je vais me faire des ennemis, par la même occasion) …

Rubrik propose aussi des agents pour les environnements physique, ce qui en fait une solution plus souple que les “pure players” des environnements virtuels. Et si je vous dit, petite “exlu”, que AIX devrait également être supporté dans un avenir proche ? Ca signifie dans la pratique que Rubrik peut désormais concurrencer la plupart des solutions de sauvegarde traditionnelles et historiques !!!! Enfin un produit aussi agile et rapide dans le mode virtuel que dans le monde physique, joie :)

Rubrik intègre également un moteur de contrôles d’accès multi-tenant, permettant un niveau de délégation très riche et très granulaire, idéal pour des environnements hiérarchisés ou Datacenter-ROBO où l’on viendrait donner des droits d’accès restreints à certains administrateurs locaux. GHT, GHT …

Au final, une offre très séduisante, surtout par son approche universelle des environnements à sauvegarder, autant physiques (Windows Server X, Linux divers zé variés et bientôt AIX, doncà que virtuels (KVM, Hyper-V et VMware sont supportés). Si vous êtes au VMworld en ce moment, allez donc dire bonjour à Lionel et Sliman qui se feront un plaisir de vous renseigner. Merci à eux pour leur disponibilité !

Je vous laisse avec quelques -mauvaises- photos prises lors de ma discussion avec les ingénieurs sur le stand.

Démarrer la discussion sur le forum vBlog.io