Nakivo : enfin un concurrent sérieux face à Veeam ?

Connaissez-vous Nakivo, ce nouvel entrant dans le monde du backup VMware vSphere et Amazon EC2 ? Avec environ 4 ans d’existence maintenant, ce “petit nouveau” fait effectivement grand bruit en ce moment, et ce pour plusieurs raisons. La première, celle qui semble la plus légitime en fait, c’est son produit de sauvegarde lui-même, très riche en fonctionnalités, Nakivo Backup & replication. Avec une approche simplissime, tant en terme d’installation que d’ergonomie, le logiciel est opérationnel en quelques minutes et “just works”, comme on va le voir plus loin.

La seconde, c’est son orientation initiale small-business : en effet, Nakivo B&R présente un coût au socket et une grille de versions particulièrement compétitif… Cela m’amène facilement à la troisième raison : il semble bien que Nakivo soit désormais un concurrent direct et frontal de l’incontournable Veeam sur certains marchés !

Il n’en fallait pas plus pour qu’il attise ma curiosité ! Et comme toujours sur vBlog.io, rien de mieux qu’une petite présentation technique pour vous donner l’eau à la bouche, n’est-il pas :)

Nakivo B&R est une solution logicielle de sauvegarde d’environnements virtualisés, compatible avec VMware vSphere (testée avec succès sur un environnement 6.5) et Amazon EC2. Aujourd’hui, je ne vous présenterai que sa version VMwware étant donné que je n’ai pas pour le moment accès à EC2 (mais peut-être bientôt !). Pour pouvoir exister sur un segment déjà bien chargé avec des ténors établis et reconnus, Nakivo dispose forcément de toutes les fonctions de base qu’on est en droit d’attendre d’un outil de ce type aujourd’hui : sauvegarde multi-hread, prise en charge des sauvegardes cohérentes (VSS, SQL Server, Exchange etc.), “instant recovery” et j’en passe. De plus, quelques “options” techniques supplémentaires lui permette de se démarquer de certains de ses concurrents, comme on va le voir.

Distribution et installation

Nakivo B&R est disponible sur de nombreux supports, comme vous pouvez le voir sur cette page : Package Linux (SLES, RedHat, Ubuntu), Windows, Virtual Appliance et même sous forme de package pour NAS Synology. Personnellement, j’ai opté pour l’ova, sans doute la forme la plus rapide pour réaliser un petit PoC.

Une fois l’ova poussée sur votre environnement VMware et la machine virtuelle démarrée et connectée à un réseau DHCP, vous pouvez directement vous rendre sur le site web d’administration à partir de l’IP récupérée. Si vous préférez l’IP statique, pas de souci non plus, mais il vous faudra passer par un peu de ligne de commande depuis la console VM, à la manière de nombreuses autres appliances du même type.

La virtual appliance est opérationnelle très rapidement, en 2 ou 3 minutes maximum. Les étapes de configuration initiale sont logiques et claires. On définit d’abord l’environnement virtualisé à connecter (soit VMware, soit Amazon avec vôtre compte EC2)

Ensuite, on vous présente le principe des “transporters”, il s’agit en fait de l’équivalent des proxies sur d’autres solutions, ils correspondent aux process chargés de réaliser les opérations de sauvegarde proprement dites. Plus vous intégrez de transporters, plus vous aurez de thread simultanés. Il s’agit ensuite de déclarer un repository où seront déposé les images des VM. Ici, comme sur Veeam, vous pouvez déclarer des repos de type NFS ou CIFS à votre guise.

Une fois le repository déclaré et vérifié, vous êtes prêt à sauvegarder ! Entre le moment où j’ai commencé l’upload de l’OVA et le moment où j’ai lancé mon premier backup, il s’est écoulé moins de 5 minutes… ça laisse rêveur :)

Premier backup

La première fois, c’est toujours très excitant, on se pose plein de questions : marchera ? marchera pas ? Bref, c’est un moment particulier d’incertitude et de doute, l’atmosphère s’électrise et les virtual appliance s’échauffent …

Bon, en fait, c’est presque trop facile, la création du job de backup est comme les premières étapes : simple, rapide, limpide. Vous sélectionnez les VMs à sauvegarder (ou une ressource particulière : cluster, resource pool, vApp etc.), vous choisissez les options de sauvegardes qui vous intéressent. Pour les besoins du test, j’ai fait au plus simple en laissant la plupart de celles-ci par défaut.

Les options de sauvegarde

Certains paramètres sont particulièrement intéressants à relever. Nakivo vous permet de chiffrer et compresser à la volée les flux de backups, utile si vous travaillez notamment depuis un workload sur Amazon EC2. Ensuite, par défaut, il utilise bien entendu le Change Block Tracking de VMware ; pour autant, si celui-ci présente un quelconque problème, le logiciel est capable de basculer sur un CBT “maison”, un peu plus lent, mais permettant au moins d’assurer un minimum d’optimisation (quand on connait l’historique quelque peu compliqué du CBT sur ESXi c’est une bonne idée ^^).

Une autre fonction que je trouve bienvenue aussi est le “VM screenshot”. Une fois le backup terminé, vous pouvez demander à Nakivo de tester le fonctionnement des VMs sauvegardées à partir du média/repository. Pour cela, Nakivo utilise sa fonction de “Flash VM Boot”, qui consiste à démarrer la VM en présentant directement le stockage de sauvegarde aux ESXi. En soit, ce n’est pas nouveau car on trouve cela aussi chez les autres. L’originalité consiste surtout dans le mode de test : Nakivo va tout simplement réaliser une copie de l’écran de boot au bout d’un temps donné. Ce screenshot est ensuite annexé au rapport de sauvegarde. On peut ainsi, sans aller jusqu’à tester complètement un plan de secours, tout du moins valider que les données backupées permettent au moins de démarrer les VM en question. Pour en savoir plus sur cette possibilité, rendez-vous directement sur la documentation en ligne, à cette page.

Les jobs de sauvegarde peuvent être suivis en temps réel, bien sûr. Un dashboard synthétique est disponible pendant cette phase et vous permet de vérifier aussi les performances moyennes et instantanées. Je dois dire que pour mon petit vLab, j’ai été agréablement surpris par les débits constatés, constants ou presque sur toute la durée des jobs. Evidemment, cela n’a rien de scientifique et objectif comme toujours, mais globalement, Nakivo a parfaitement exploité au maximum les liaisons et disques mis en jeux par ce petit test.

Réplication

En plus du backup classique, Nakivo propose aussi des jobs dits “de réplication”. Il s’agit en fait de réaliser un clone de chaque machine virtuelle intégrée au job et d’en assurer la réplication asynchrone et différentielle sur la durée. Pour un petit PSI pragmatique, l’outil est très ergonomique car il reprend tous les principes du backup. La seule différence notable est le choix de la cible : plutôt qu’un repository classique pré-enregistré, Nakivo va vous proposer un assistant de sélection au sein de l’environnement VMware. Lorsque vous choisissez la cible, on vous demande de préciser non seulement le cluster ou l’ESXi, mais également le portgroup sur lequel chaque interface de VM va être connectée. On peut imaginer de nombreux cas de figure possibles d’utilisation, mais celui qui me vient à l’esprit tout de suite, en plus du plan de secours, c’est la réplication de VMs de production dans un environnement isolé de pré-production : c’est précisément cette fonction qui nous manque aujourd’hui et qui nous oblige à faire ces clones à la main !

Conclusion et perspectives

Je n’ai fait qu’effleurer la solution Nakivo Backup & Replication, évidemment. Il faudrait de nombreux billets pour rentrer dans le détail de chaque assistant, chaque fonction et toutes les possibilités offertes. Sans y avoir passé des heures, je peux déjà vous donner mon sentiment général : je suis vraiment séduit par Nakivo. Comme déjà dit, j’aime son accessibilité, la simplicité de ses fonctions de base. Tout est là sous le pointeur de souris où on s’attend à le trouver. C’est un produit qui semble parfaitement bien pensé et dispose d’un fort potentiel.

Difficile de savoir comment il se comporte sur des environnement importants avec 1000+ VM à gérer, mais le concept de “transporter” laisse entendre que la société a bien prévu de démultiplier les process pour assurer de bonnes conditions de sauvegarde dans ce cas de figure.

En somme, et comme toujours, après cette première découverte, je vous recommande d’y jeter un oeil, voir les deux et pourquoi pas de prendre contact avec Nakivo pour réaliser un PoC. Je me demande personnellement si je ne vais pas d’ailleurs franchir le pas pour notre pré-production ….

Nakivo backup & replication : https://www.nakivo.com/

2 thoughts on “Nakivo : enfin un concurrent sérieux face à Veeam ?

  1. Cédric Cédric says:

    C’est du full online. La notion de bande n’existe tout simplement pas sur Nakivo. Après, je ne suis pas sûr que la clientèle cible de Nakivo soit si sensible que cela à du backup offline ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *