NDLR: Je précise tout de même, très sérieusement pour le coup, que cela ne remet évidemment pas du tout en cause les qualité intrinsèques de NSX-T, le bien fondé de notre démarche et notre stratégie globale. Je sais pertinemment que les managers NSX-T 2.4x hébergent désormais aussi les contrôleurs et que ceux-ci sont critiques pour le bon fonctionnement du produit. Merci à Vincent et Cyrille pour notre échange à ce sujet. Enfin, à tous, rappelez-vous que ce blog est un blog personnel (voir ici) et que mon tempérament Français m’impose quelque fois un humour assez dur et décalé (mise en boite, un peu de troll etc.), surtout vis à vis de certains Anglo-saxons. So, guys, don’t take this too seriously, when you see a “Rognotudju” keyword in front of the post title, it’s clearly a “french humor” blog post ^^

Bon, alors, donc, oui, je vous ai dit à plusieurs reprises que j’étais surprenant de zénitude depuis quelques semaines, malgré nos soucis récents (je ne vais pas encore en parler, sinon, on va croire que je troll. pas mon genre ^^). C’est vrai, je prends sur moi, je fait mon taï-chi tous les matins … MAIS LA, CA COMMENCE A BIEN FAIRE ! VMware, qu’est-ce que c’est que ces specs ???

NSX-T ou la machine à pomper de la RAM, en plus de virtualiser le réseau, certes …

Déjà qu’il faut pas moins de trois managers NSX-T en vers 2.4.x, mais en plus chacun doit être, pour une production classique à taille humaine (Tiny et Small n’étant là que pour faire joli ou pour la blague, je ne sais pas), au minimum taillé à 6 vCPUs, 24 Go de RAM (!!!). Comment dire, 72 Go de RAM ? Sçérioussli ? Et je ne parle ici que des managers.

Ah, oui, j’avais oublié ça aussi : pour des raisons de “design”, on est obligé de mettre les 3 managers dans le même faultdomain ! En gros, on a 3 machines, dans le même DC … je dubite … et on compte sur HA pour tout redémarrer de l’autre coté en cas de problème. On me l’a expliqué au moins 2/3 fois, mais je n’ai toujours pas réussi à comprendre pourquoi … split brain et latence, qu’ils disent. Dont acte. Dans ce cas, pourquoi ne pas avoir tout simplement qu’une seule VM NSX Manager, je vous le demande ? Si en plus elles savent pas se sauvegarder … c’est le pompon (ok je trolle ^^)

Pour ce qui concerne les NSX Edge, ça va encore … au début : 4 vCPUs, 8 Go de RAM chacune. La où ça se complique c’est si tu as le malheur d’envisager un deuxième TIER0. Oui, sachez-le, à partir de 2 TIER0, il faut rajouter 2 NSX Edge supplémentaires, ben oui hein, on est jamais assez prudent, histoire d’être sûr que ça marche. On s’en fiche de ce que ça coute finalement, les gigas et les vCPUs… la formule est posée, là, tranquillou : 2 + (nb_tier0 x 2). Gosh…

Je veux bien comprendre que lorsqu’on on est un grand nom du cloud ou une entreprise avec beaucoup d’agent, on en est pas à quelques VMs près, mais lorsqu’on est un “petit” comme nous avec “seulement” quelques 2000 VMs et qui doit en plus compter ses sous du mois au mois, désolé, mais 72 Go rien que pour gérer un cluster NSX de 20 ESXi et 2 NSX Edge …, définitivement, non : PENSEZ AU PETITS un peu, Rognotudju ^^

VMware, j’adore vos produits et depuis longtemps, mais rappelez-vous aussi à qui vous vendez toutes vos licences et ce qu’implique vos specs. Au passage, vous savez rester raisonnable quand il le faut, regardez les specs vCenter : 8 vCPUs et 24 Go de RAM pour gérer … roulement de tambour, jusqu’à 400 Hosts et 4000 VMs.

Le pire dans cette affaire c’est qu’à coté de cela, vous nous pondez des super graphiques dans vRealize Operations pour nous aider à faire la chasse au gaspillage dans les VMs applicatives … En plus, j’ai l’air de quoi moi maintenant avec mes grands principes et mon long combat sur les vCPUs face à nos fournisseurs ? mmmmh ? (voir ici, un précédent Rognotudju)

Non, désolé, Rognotudju quoi.
… ok, je vais me faire un bain chaud d’huiles zéssentielles …