VSAN vient-il d’écraser ses concurrents ?

L’annonce récente de VSAN 6.2 provoque actuellement un petit ras-de-marée au sein de la communauté Twitter VMWare. Nul doute que les nouvelles possibilités offertes par cette version rendent ce composant de la suite “Enteprise Virtualization” de plus en plus attirante et de plus en plus crédible, en comparaison de … de beaucoup de monde en fait. Cela m’amène à quelques réflexions au sujet des 3/4 ans à venir, qui me paraissent difficiles voir sombre pour certains, de mon point de vue.

D’une part, vis à vis des fournisseurs de solutions hyper-convergées : on se rend compte (et je l’ai évoqué à de nombreuses reprises) que leurs use cases principaux sont désormais en concurrence frontale avec un de leur principal pourvoyeur en solutions de virtualisation ! Pas facile d’être à la fois concurrent et client dans le monde impitoyable de l’IT à mon sens. On comprend pourquoi Nutanix fait beaucoup de bruit autour de sa solution maison d’hyperviseur Acropolis : cela pourrait lui permettre à terme de s’affranchir d’ESXi dans ses appliances. On en est loin aujourd’hui, vu la clientèle ciblée, mais c’est un pas dans la bonne direction. En outre, les Simplivity et Atlantis vont aussi avoir de plus en plus de mal à justifier leurs différences (et leurs avantages) alors que l’écart fonctionnel entre leurs approches stockage et la solution full VMWare vont se réduire. Certes, Simplivity sera celui qui pourra le plus longtemps se démarquer avec ses accélérateurs hardware, mais pendant encore combien de temps ? C’est sur le terrain du coût que la bataille se gagnera ou non et à ce petit jeu, j’ai peur que les “petits” ne puissent pas s’aligner sur “le gros”.

Ensuite, vis à vis des fournisseurs de solutions de stockage : on le voit depuis plus de deux ans maintenant, la tendance SDS est en train de se confirmer et les options se réduisent fortement pour les grands constructeurs dans les environnements full VMWare, qui vont à mon sens représenter un bon 80% des écosystèmes IT d’ici quelques années. Alors, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, il y a encore – et il y aura encore – de la place pour eux et certains ne manquent pas d’atout pour résister contre vSphere/VSAN (EMC ScaleIO par exemple), mais le manque à gagner sera sans doute important sur ce segment.

Enfin, on peut même se demander si certaines sociétés vendant exclusivement de l’AFA (Violin Memory, Pure storage etc. …) ne vont pas aussi grandement pâtir de la montée en puissance de VSAN dans sa version full flash. En effet, le principe du produit (grid, répartition de charge automatique, stockage avec dédup et compression quasi-inline) et le fait qu’il s’adosse à du commodity hardware en fait un concurrent redoutable ! Même s’il n’atteint pas les niveaux de performance de certains produits, VSAN leur fera tout de même une ombre inquiétante, tant le coût global tendra a éliminer le back-end SAN purement et simplement, avec un compromis minimum sur les performances.

Il va falloir juger sur pièce des avancées réelles de VSAN 6.2 et le comparer justement à l’ensemble de ses concurrents évoqués plus haut pour réellement savoir si ces derniers continueront à tirer leur épingle du jeu ou si, comme je le pressent, la lutte semble perdue à moyen terme en environnement “full VMWare”.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Suis-je trop radical ? Ou encore trop optimiste ?

18 thoughts on “VSAN vient-il d’écraser ses concurrents ?

  1. Gaël says:

    Nous devons renouveler nos VNX l’année prochaine. Nous intégrerons certainement VSAN dans notre comparatif en tant qu’alternative.
    C’est un choix qui me semble de plus en plus crédible pour le remplacement de notre stockage de production (équivalent à votre TIER2).

  2. En Suisse, une des grosses assurances sociale est en cours de renouvellement de son infrastructure et donc va faire un RFP, mais avant cela, elle a fait un POC avec en liste, une solution 3 tiers avec HDS, et deux solutions hyper-convergentes VSAN et Nutanix.

    Lors de la première série de test, VSAN a été éliminé pour des problèmes de performance…

    Sans une véritable gestion de la data locality cela va être compliquer de garantir des perfs même en Full flash.

    • Ciao Cedric (SE chez Nutanix) et chez un autre compte en Suisse c’est l’opposer, ou Nutanix as ete elimine.
      Quel impact sur ce genre d’analyse est subjective suivant que l’on est Pro-VMware ou Pro-Nutanix et combien est lier au materiel utiliser pendant le POC.

      Erik Bussink (NSX SE chez VMware)

  3. Cédric Cédric says:

    Effectivement, c’est là ou la marge de manoeuvre existe encore je pense. Mais comptons sur VMware pour que cette partie soient affinée au rythme des prochaines versions ;)

  4. Frederic says:

    toute la question est de choisir de croire le postulat que VMware va représenter 80% du marché… Docker, Xlc, public storage, grid et autres joyeusetés sont là et ne vont pas dans ce sens … si l’on peut se dire que la seule chose que l’on sait c’est que l’on ne sait pas .. alors pourquoi fermer des opportunités ?

    • Cédric Cédric says:

      Pour ne parler que de Docker, aujourd’hui cela représente même pas 1% de l’ensemble du marché de la virtualisation/containerisation (argl, quel mot nul :) ). D’autre part, Docker est certes très séduisant dans son principe, mais tant que Windows ne proposera pas son container “win” utilisable de la même façon, le marché restera un marché spécifique pour les pure player du web ou les sociétés développant leur propre solution en interne. Quand je vois que certaines entreprises arrivent encore chez nous en nous disant “virtu, connait pas, j’ai un dongle hardware” ou “pas de virtualisation, ça ne tient pas les niveaux de performances nécessaires à notre super-appli” ou enfin “mon appli virtualisée, pas de souci, il me faut 16 coeurs, comme sur un serveur physique pour héberger la base oracle destiné à 100 utilisateurs” … je me dis que le chemin est encore long avant que VMWare soit reléguée à l’arrière plan.

      D’une manière générale, le buzz marketing a “besoin d’innovation” pour continuer à vendre du legacy :) . Arpès, évidemment, je ne me risquerai pas à généraliser notre cas personnel, mais j’estime par contre que nombre de clients actuels de VMWare ayant un besoin de renouvellement de leur back-end stockage vont forcément regarder d’ici 1/2/3 ans les solutions full SDS et VSAN est aujourd’hui, encore plus qu’hier, un incontournable. Il a aussi cet avantage de la simplicité en matière de support : vous avez un souci, vous appelez VMWare, point barre. C’est loin d’être négligeable dans une entreprise à mon sens.

  5. Frederic says:

    Chacun son opinion mais quand même Socrates disait des vraies choses. Ce que je dis c’est que peut être VSAN est une bonne technologie, je sais pas. Mais que c’est un choix assez fermé dans un monde très dynamique dans lequel il faut bien comprendre les choix et les portes fermées une fois que l’on a fait les choix …

  6. Cédric Cédric says:

    Entièrement d’accord sur la dynamique ! Mon propos n’est pas de dire qu’il ne faut plus acheter la concurrence de VMware, j’ai envie de dire tans mieux si les autres se font une place au Soleil et prospèrent. Je met juste en perspective les enjeux et les choix potentiels qui s’offrent aux clients susceptible d’acheter de l’hyperconvergé avec une base VMWare… là, clairement, j’ai peur que les prochaines années soient difficiles. Mais je peux me tromper, bien sûr, d’où d’ailleurs le titre de ce billet en forme de question :)

    Rendez-vous comptes que même le poids lourd, numéro 1 du stockage, EMC est en passe de se faire racheter (fusionner serait un terme plus juste je pense) par un autre constructeur. Alors, un “petit” Nutanix, un “petit” Simplivity … ne pèsent pas lourd face à un marché aussi important.

  7. Cédric Cédric says:

    Histoire d’alimenter les discutions à ce sujet : une réponse un peu “agressive” d’un Ingé de Nutanix :
    http://www.joshodgers.com/2016/02/16/benchmarketing-nonsense-iops-comparisons-if-you-insist-nutanix-aos-4-6-outperforms-vsan-6-2/

    Je suis au moins d’accord sur un point (et même plusieurs en fait), les perfs pures font partie de l’équation… mais il n’y a pas que cela, heureusement. Pour enfoncer le clou, comme pour la VHS à une autre époque, ce ne sont pas forcément les meilleurs qui gagnent.

    • Je ne suis pas fan de cet article qu’on pourrait résumer ainsi:
      « Comparer les IOPS n’a pas forcement de sens mais merci de vous souvenir que Nutanix est quand même BEAUCOUP plus performant que VSAN ». C’est dommage car le fond de l’article est pertinent…

      Il y a beaucoup de tension « publique »entre Nutanix et VMware depuis quelque temps, je n’ai pas le souvenir d’avoir observé ça avec d’autres concurrents (VMware / Microsoft, EMC / Netapp, etc…). A mon sens cela indique que ces 2 acteurs sont dans une position difficile. Nutanix cherche à gagner en autonomie et légitimité face à l’entreprise qui lui permet d’exister mais qui est aussi son principal concurrent. VMware cherche à compenser le manque de rentabilité de vSphere en explorant d’autres horizons (VSAN, NSX) et ils ne souhaitent pas qu’on leur colle des bâtons dans les roues… Les mois à venir risquent d’être passionnant !!

      (Note : Je travaille pour un partenaire VMware)

      • Cédric Cédric says:

        Entièrement d’accord. C’est pour cela que j’ai précisé que je trouvais le ton un chooya “agressif” ;) . Les mois à venir vont être passionnants mois c’est vrai, mais sans doute plus difficiles pour Nutanix que pour VMware…

  8. D’accord sur un point : le segment des HCIA est en est surpeuplé, il y aura nécessairement une consolidation des acteurs dans un horizon de 3 à 5 ans MAX.

    VMware Virtual SAN tendra à devenir la solution naturelle pour les environnements VMware au fur-et-à-mesure qu’il murit. La version 6.2 vient combler un gros manque face à la concurrence sur le plan des services de données. (je ne trouve plus aucune mention à VSAN écrit tel quel sur le site de VMware : Captain VSAN est mort? :-)

    Les éléments différenciateurs pour les startups de ce segment passeront forcément par la gestion de la diversité : hyperviseur, protocoles, domaine de presentation. Oui, VSAN fonctionne forcément en mode silo (certe de 64 noeuds).

    Ce dernier point reste à mon sens un élément différenciateur pour les player AFA (pure & Co).

    Aucun doute que VCE va inonder le marché, à cela s’ajoute le VSAN en DYI & les ready-nodes.

    Cependant le marché n’est pas full VMware, du moins il y a une tendance de fond à la diversification. Ce peut être une porte de salut pour les HCIA players, mais si on ajoute MS Storage Space avec Win2016 dans l’équation …

    À mon sens, le scénario le plus plausible reste l’acquisition de l’une de ces petites par un monstre IT n’ayant pas encore son histoire à raconter dans l’HCIA … Cisco, Oracle, au hasard …

    Pour la partie containers du marché, je pense que les grands gagnants SDS naturels de ce segments seront les solutions opensource : Ceph, Swift & co (oui j’inclue l’object store, car la nature du workload justifiera beaucoup plus aisément le besoin).

      • Effectivement et à la surprise de tous, cela passe par un partenariat OEM plutôt qu’une acquisition en bonne-et-due forme : la technologie SDS est empruntée à Springpath Inc (ndlr : une startup fondée par deux anciens de VMware ayant travaillé sur VMFS & VxLAN) dans laquelle Cisco a investit à plusieurs reprises.

        Une manière de ne pas s’engager trop vite, suite à l’épisode pas très reluisant avec Whiptail.

  9. Cédric Cédric says:

    Super discussion en tout cas, merci à tous pour vos commentaires ! Je pense que je vais multiplier les billets un peu provoc’ pour provoquer … le débat ;)

    Et un point spécial “Besherelle ta mère” à Erik, qui fait quand même assez fort :D

    • Je suis nul en orgthographe francaise… et j’utilise generalement Word pour corriger mes fautes.
      But I have no problem give answers in english, I just tought that staying in french on this blogs would be better.
      Et si tu veux que je te dicte mes reponses en allemand ou en hollandais j’ai pas de soucis :-)

      • Cédric Cédric says:

        All my appologies, Eric … didn’t get that you wasn’t French, there is so few French speakers in the IT…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *