Cette année, le VMworld Europe n’a pas eu droit à de nouvelles annonces spécifiques, par rapport à son homologue du coté des Amériques. Pour autant, la general session a été l’occasion pour VMware de continuer à marteler son message et sa vision globale de l’IT et affirmer ses ambitions de bousculer tout l’écosystème de la sécurité informatique.

La première partie présenté bien sûr par Pat Gelsinger, CEO de VMware, a été l’occasion de montrer à quel point nos vies sont désormais connectées et organisées autour du numérique. Cela a été l’occasion aussi de présenter quelques chiffres donnent le ton et ils sont impressionnants.
– Aujourd’hui, si le Cinéma représentant un marché d’environ 36 milliards d’euros, c’est plus de 108 milliards que nous dépensons chaque année sur les App Stores !
– Toujours autour des apps, en 2009 le marché était animé par environ 52 millions d’applications et 5 millions de développeurs, c’est aujourd’hui, dix ans plus tard, sont plus de 335 millions d’applications dans le monde et 13,5 millions de développeurs
– De manière plus prospective, VMware estime que d’ici 5 ans, le nombre de ces applications aura doublé avec quasi 800 millions d’apps en 2024. On en reste sans voix.

Le fait est que la “Digital Life” comme l’appelle les anglo-saxons est une réalité aujourd’hui et que parmi les nombreux enjeux de cette nouvelle vie quotidienne, les questions de sécurité et de vie privée sont au centre des préoccupations (au moins en Europe ^^). VMware a une stratégie très claire par rapport à la sécurité aujourd’hui et l’a rappelé avec force (on y reviendra en fin de billet).

Pat a ensuite rappelé la vision globale de la société “Any Device, Any application, Any cloud” et tout s’articule autcour de cette vision. Les différents projets déjà présentés en Août sont là pour l’illustrer :
– Pacific, la nouvelle fondation de vSphere autour du moteur d’orchestration Kubernetes, dont on commencera à voir les bénéfices d’ici fin 2020.
– Tanzu, le portfolio consistent permettant de développer et opérer des applications “cloud-native” qui s’intègrent parfaitement dans les technologies construites et gérées par VMware
– Galleon, un nouveau projet ayant l’ambition de proposer un magasin unique d’applications packagées et validées par dédiées à la sécurité et aux opérations (supervision, accounting, capacity planning etc).

La stratégie Any Cloud de VMware est par ailleurs parfaitement claire aujourd’hui avec les nombreux partenariats annoncées depuis quelques années avec IBM Cloud, VMware on AWS, Google Cloud et même Microsoft Azure, avec lequel le connecteur HCX est désormais compatible.

VMware met également l’accent sur les opérateurs de télécommunication avec l’arrivée prochaine de la 5G, qui devrait amener avec elle des performances et services décuplés par rapport à 4G/LTE aujourd’hui. Il s’agit aussi pour la société d’arriver à faire bouger les lignes en matière d’intégration du SDDC et plus spécifiquement du SDN, dans un monde d’ingénieurs réseaux où, on le sait, le cable RJ a la vie dure. Quand on voit aujourd’hui encore les best-practices de l’ANSSI, cela en dit long sur le chemin à parcourir pour faire rentrer le software defined au coeur de la sécurité.

Ce faisant, l’acquisition très récente de Carbon Black, une société spécialisée dans la sécurité en mode SAAS fait parfaitement sens. L’objectif affiché de VMware dans ce domaine, avec l’aide des fondations NSX, AppDefense, et désormais Carbon Black va permettre de couvrir littéralement toute les couches de protection et fournir une cohérence et des outils de prévention sans commune mesure avec les architectures qui sont “la règle” aujourd’hui avec de nombreux constructeurs gérant chacun un aspect spécifique de cette chaine de sécurité. Pour cela, évidemment, il faudra batailler et convaincre que le software defined n’a rien à envier au baremetal quant il s’agit de parler d’isolation et de domaines de confiances. De belles discussions en perspective pour des prochain VMUG France ^^

Et histoire d’enfoncer le clou, on a eu le droit à un vrai petit troll de la part de VMware on stage : Le monde de la sécurité aujourd’hui est particulièrement stratégique, mais complètement “cassé” ; en filigranne on peut lire facilement “Il y a beaucoup trop de monde, on va faire le ménage”. Bon courage ^^

Au final, ce keynote était globalement une redite de ce qui avait déjà été annoncé lors du VMworld US, mais le message était plus profond qu’il n’y parait, au delà d’une session sans grand éclat. VMware reste aujourd’hui un leader de l’industrie IT, quoi qu’on en dise. La bonne nouvelle aussi c’est que vSphere reste un noyau dur pour la société alors qu’on aurait pu craindre une forme de stagnation depuis l’avènement du cloud. Ce n’est clairement pas le cas aujourd’hui.

C’est heureux, surtout pour ceux, comme nous, petits mais combatifs, qui souhaitons rester orientés principalement OnPrem pour fournir du service à forte valeur métier. L’hébergement n’est pas une fin en soi pour nous, il est surtout un moyen pour accompagner au mieux les établissements de santé de moindre taille à assurer leur transformation numérique mais qui pour des raisons de masse critique, n’ont pas les moyens aujourd’hui d’y arriver seul. A ce titre, VMware constitue un partenaire incontournable de notre point de vue.