Quand les serveurs de Tesla toussent, la flotte s’enrhume ?

Aujourd’hui, Dimanche, et même si le sujet est un peu “décalé” par rapport à ceux que je traite sur ce blog, je ne peux pas résister à l’envie de vous parler d’une expérience récente avec un service connecté, celui de Tesla.

De retour de Rennes après une très belle soirée entre amis Vendredi (à faire de l’Astronomie tout en buvant du bon vin, le bonheur, en somme ^^), j’arrive en fin d’après midi dans mes pénates et branche la Tesla, qui criait famine après pas mal de Km parcourus ces dernières 24h. Comme je le fais souvent, je contrôle de temps en temps que tout se passe bien après quelques heures, via l’application iOS. Tiens ? Bizarre, pas de connexion. Pour autant, la voiture est connectée au Wifi et tout va bien du coté du Net. Certes, ponctuellement cela peut arriver, mais là, même après plus d’une heure, toujours pas d’accès aux paramètres de la voiture à distance.

Je vous passe les détails de la soirée, mais force est de constater vers 23h, après pas mal d’échanges sur les forums ad-hoc, que quasi tous les propriétaires de Tesla en sont au même point : impossible de se connecter à distance avec des impacts divers. Au final, il faudra attendre le début de matinée, ce Dimanche, pour retrouver une connectivité partielle et laborieuse/lente, quand elle aboutit.

Au delà du petit dérangement personnel occasionné (c’est fou comme on s’habitue au confort de ce genre de fonction), Que s’est-il passé et quels ont été les réels impacts de cette panne ? Prenons-nous au jeu et imaginons …

Impacts “constatés” :

De mon coté, pas grand chose à signaler de plus qu’une perte de conford, étant donné que la voiture était garée pendant la période, mais j’ai pu lire à droite et à gauche que d’autres conducteurs ont été beaucoup plus “embêtés”, pour dire le moins. En effet, contrairement à la Tesla Model S qui dispose de vrais jeux de clef, les nouvelles Model 3 mettent en avant d’une ouverture dite “sans clef”, passant par votre smartphone (via le bluetooth). Tesla fournit une clef (et une seule) sous forme de carte de crédit disposant d’une balise RFID, mais elle n’est pas forcément destinée à être utilisée au quotidien et l’entreprise conseille de la stocker en lieu sûr.

Certains conducteurs de Model 3 rapportent s’être retrouvés dans l’incapacité de rentrer dans leur voiture pendant l’incident ! La voiture fait semble-t-il appel de manière plus ou moins régulière à une ressource cloud pour valider l’ouverture des véhicules… je suis assez dubitatif vis à vis de ça, n’imaginant pas que Tesla n’ait pas pensé à une vérification locale, ne serait-ce que pour la continuité en zone blanche. Peut-être est-ce prévu, mais pas encore implanté… à vérifier (je mettrai à jour le billet si je trouve le fin mot de l’histoire). En fait, Tesla a bien prévu le coup mais vous devez être au moins loggué sur l’app Tesla pour pouvoir envoyer le code par bluetooth à la voiture. Or certains se sont justement déloggués croyant juste à un problème d’authentification.

D’autre part, le calcul d’itinéraire des consoles de certaines voitures (basé en partie sur Google Maps) semblait aussi affecté, avec des comportements hasardeux, voir des ralentissements important dans l’expérience utilisateur. Cela n’a l’air de rien, mais la planification des trajets est une fonction importante pour tout véhicule électrique et même si les Tesla ont une très grand autonomie, l’absence ou le dysfonctionnement d’un tel service reste handicapant.

Enfin, si vous ne pouvez pas utiliser l’accès à distance au contrôle de charge lorsque vous voyagez, vous êtes plus ou moins obligé de rester à proximité pendant tout le temps des recharges … pas génial si vous vous faites un roadtrip entre Lille et Montpellier.

Que s’est-il passé ?

Vu la longueur de la panne, quasiment 10h, on peut imaginer le type de panne dont a souffert l’entreprise
– Une corruption majeure sur la production obligeant à restaurer un élément critique … avec un temps incompressible ?
– Une double rupture d’adduction réseau, nécessitant donc des opérations sur site (réparation de fibre par exemple) ?
– Un problème avec ses ressources cloud ? Tesla utilise au moins Akamaï et Amazon AWS, mais peut-être aussi d’autres fournisseurs pour leurs Web Services.
– Un déclenchement de PRA ?

A l’heure où je vous parle, le service reste difficile d’accès et n’est pas nominal. On peut donc imaginer que le problème soit plus lié aux infrastructures que lié à une corruption quelconque.

Perspectives

En tant que simple utilisateur propriétaire de Tesla, ce premier “gros incident” est intéressant à plus d’un titre. D’une part, il nous rappelle une fois de plus que l’ultra connecté est plein de promesses mais possède aussi son talon d’Achille : notre dépendance à ses services. Aujourd’hui l’impact sur le fonctionnement des voiture reste limité, on perd en confort, mais rien n’est réellement bloquant… mais demain, avec la voiture autonome et les flottes en location ?

S’il est confirmé dans les prochains jours que l’incident est lié à une ressource Off-Premise, la encore, on a un exemple frappant de la limite de l’exercice en matière de stratégie cloud (notamment le niveau de dépendance d’une entreprise par rapport à ces services). A notre petit niveau, un des challenges lorsque l’on met en place l’hybridation de nos infrastructures de production, il faut absolument veiller à mitiger les risques de disponibilité en contractualisant avec plusieurs fournisseurs (au moins 2) et en s’assurant que l’on pourra gérer le balancement des ressources de l’un à l’autre en cas de problème. C’est plus compliqué, ça coute plus cher, mais c’est le prix à payer, pour moi, de l’externalisation des ressources techniques.

Je mettrai à jour le billet dès qu’on en saura plus sur la panne.
Bonne fin de week-end à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.