Chronique d’un SDDC, partie 1 : la génèse

La production informatique a ceci de frustrant, pour des pro’geek comme nous, qu’en général, les solutions implantées pour nos applications et utilisateurs sont souvent moins ambitieuses et avant-gardistes que nous l’aurions souhaité au départ. C’est le jeu de la stabilité, du maintien de la chaîne de support éditeurs/constructeurs, ou, tout simplement, de la raison vis à vis des technologies en train d’émerger à l’instant ou le besoin existe. Mais cela ne nous empêche pas de rêver à un futur court ou moyen terme et tenter d’imaginer ce que pourrait donner un ensemble de production équipé des dernières avancées et technologies d’aujourd’hui.

A l’occasion de mes pérégrinations sur les forums de la communauté EMC, je suis tombé sur un challenge utilisateur : le “vVNX Solution.NEXT Challenge”, dont l’objectif affiché est de pousser un maximum de personnes à évaluer la nouvelle plate-forme virtual VNX, feu “project liberty”, dont j’ai parlé ici à plusieurs reprises. Ce challenge consiste à proposer une architecture innovante mais fonctionnelle, basée sur vVNX. Ni une, ni deux, mon sang n’a fait qu’un tour ! Quelle belle idée :)

Me voila donc parti à imaginer un software defined datacenter complet, basé sur les meilleurs technologies que j’ai pu évaluer et PoC’er avec, en priorité, vVNX bien entendu. La première étape m’a conduit sur mon blog pour relire ma prose (on est jamais aussi bien servi que par soi-même ;) ). Au final et après quelques heures de lecture et de cogitation, j’ai abouti à un concept d’infrastructure exclusivement virtuelle, à part les hyperviseurs, leurs disques locaux et leur interconnexions réseau, forcément. Et, oui, on a beau tous parler de virtuel depuis des années, nous sommes encore dans un monde très matérialiste et le hardware est encore nécessaire :)

Voici en substance l’architecture générale à laquelle je suis arrivé :
schema

Evidemment, pour l’instant, cette infrastructure n’existe que sur le papier. La prochaine étape va consister à créer cet environnement petit à petit et résoudre les problèmes au fur et à mesure. J’ai déjà identifié un souci, mais j’espère qu’EMC me lira et pourra m’aider : pour pouvoir utiliser ViPR controller pour piloter le stockage VPlex/VE et vVNX… il faut que celui-ci soit reconnu, ce qui n’est pas le cas actuellement. Mais bon, cela ne va pas m’empêcher de monter ce contrôleur et préparer les choses ;)

Le top serait, après la découverte de la superbe offre cloud de Ravello Systems (voir mes précédents billets ici et ici) de pouvoir monter tout cela dans leur environnement. Avantage principal : l’infra de démo serait disponible partout, tout le temps et clonable à loisir ! Je suis d’ailleurs en train de travailler avec le support Ravello au sujet d’une première difficulté concernant l’importation de vVNX.

Bientôt la suite, avec mes premiers tests grandeur nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *