2017-03-30 11-46-01 0003 - Copie

Rognotudju du Jeudi : je me suis fait troller par EMC !

EDIT du 31/03 : nouvelle notification de livraison de 32 Kg le 4 Avril prochain … à suivre ^^
EDIT du 11/04 : nous avons reçu une des deux baies Unity 300F … aucune nouvelle de la seconde… 104 jours, keep counting

Plus de 3 mois que ne nous attendons deux nouvelles baies EMC Unity 300F (2 config de 20 To utile en flash) pour pouvoir continuer nos activités sur notre TIER2 ! Trois fois un mois, plus de 90 jours, quand les délais habituels depuis des années tournent autour de 3 à 5 semaines en général.

Avant de vous en dire plus, je tiens à préciser que, pour le coup, les équipes locales d’EMC Nantes sont parfaites et font leur possible pour obtenir des délais réalistes, sans succès jusqu’à présent. Jugez plutôt : après une commande fin décembre, nous obtenons une première échéance de sortie d’usine début Février, puis tout début Mars, puis le 5 Avril (jusqu’à la prochaine fois …), sans aucun moyen, ni pour nous, ni pour nos interlocuteurs d’EMC, d’avoir une réelle preuve de la fiabilité de ces annonces, bien évidemment.

Et ce n’était que le début, voilà que Dell EMC nous trolle maintenant …

Lire la suite …

photo-2016-12-09-14-21-44_9706

Le coup de la cafetière

Au début, il y avait la salle détente, avec sa cafetière robuste, ante-diluvienne mais fonctionnelle. Un bouton pour allumer et éteindre. C’était un peu ancien, le débit n’était pas terrible mais les procédures étaient simples et surtout, tout le monde savait comment tout cela fonctionnait, tout le monde était capable de faire le café et finalement, tout le monde était content. Malgré tout, depuis quelques temps, cette pauvre machine avait du mal à suivre le rythme de l’évolution du nombre de personnes à servir. Elle ne déméritait pas, mais “quand ya trop, ya trop”.

Lire la suite …

rognotudju1

Quand des téra-octets ne servent … qu’à stocker des dumps

Franchement, il y a des moments où j’aimerais être un champion de Catch et certains fournisseurs/éditeurs des adversaires déguisés en Spiderman adipeux ou Batman famélique histoire de pouvoir, en toute conscience et en toute tranquillité distribuer les bourre-pifs et les mandales. Où alors, avoir le pouvoir de créer une HADUPI, une “Haute Autorité Des Uppercut et des coup-de-Pieds Incisifs” pour lui demander de repérer via des audits systématiques des entreprises à la recherche des logiques de sauvegarde qui datent des années 80, pour ensuite leur envoyer un courrier d’avertissement ayant valeur de négligence caractérisée dans les solutions de sauvegarde proposées aux clients.

Rendez-vous compte, nous avons des outils fantastiques pour réaliser des snapshots de volumes quasi instantanément, des fonctions spécifiques permettant d’assurer de manière industrielle la cohérence des données ainsi protégés, des systèmes élaborés pour pouvoir réaliser des sauvegardes à chaud, sans perturber le moins du monde la production. Et qu’est-ce qu’on nous propose pour réaliser des backups des bases de données ? … “Ben heu, vous auriez pas un petit 800 Go qui traîne pour faire un dump de la base ? Et ensuite, vous venez le chercher, ça vous va ?”. Et vous voulez que je vous fasse le plein du véhicule aussi ? Je vous signale que ce n’était pas dans vos demandes initiales de volumétrie ! “Ha, oui, pardon, on s’est trompé, mais bon, c’est juste 800 Go, maintenant, c’est pas cher les Go”. Ben voyons.

NON, ça ne nous va pas, Je suis client et je veux de la sauvegarde économe en volume, élégante, rapide, qui prenne en compte les technologies ACTUELLES et notamment les snapshot cohérents, je veux une vraie analyse des volumes réels nécessaires au fonctionnement d’une application, qui prenne en compte l’ensemble du périmètre et pas juste le volume de la BDD. Est-ce trop demander ? D’autant qu’évidemment, ces volumes sont un gâchis d’espace absolument dingue. j’ai calculé que rien que sur nos applis institutionnelles (une grosse trentaine aujourd’hui, soit 25% des applications hébergées), on consommait pas moins de 20 To rien que pour ces espaces de manœuvre.

Et le plus inadmissible dans tout cela, c’est que toute l’ingénierie permettant d’adapter ces méthodes ante-diluviennes de backup, ce ne sont pas les fournisseurs qui l’apporte, ce ne sont même pas forcément les constructeurs (même s’il proposent des produits), mais bien, nous, client, qui sommes obligé, par nécessité d’économie et de sobriété (relative …) en matière d’espace disque, de l’assumer ou en tout cas d’en supporter le poids financier.

Décidément, comme dit l’autre, si on enlevait les impressions et la sauvegarde, les informaticiens seraient des gens heu-reux !

rognotudju1

Rognotudju du Jeudi : ARRETEZ AVEC LES vCPUS !

Rognotudju !

Haaa ! Ce bon vieux CAPS, une manière imagée et très visuelle de se lâcher un peu, d’essayer d’imposer ses vues à ses lecteurs. Je sais, ce n’est pas joli joli, mais là, il fallait que ça sorte. Alors quoi ? Quel est donc le souci avec les CPUs ? Pour être plus précis, il s’agit de dénoncer les pratiques ubuesques de certains fournisseurs vis à vis des dossiers de préconisations que l’on reçoit régulièrement lorsqu’un projet démarre et qu’une nouvelle infrastructure virtualisée se fait jour. Avant toute chose, il faut rendre à César ce qui est à César, en général, les équipes techniques chargées d’accompagner la mise en oeuvre de l’application cible sont relativement raisonnables quant il s’agit de mémoire vive et de capacités disques. En effet, de ce coté là, on reste dans des limites acceptables, qui sont principalement liées aux OS invités et aux différents middleware concourant à faire fonctionner l’ensemble.

Lire la suite …

rognotudju2

Rognotudju du Mercredi : vRealize Automation 7

Rognotudju !

Comme dirait ma grand-mère “ça va finir par commencer à suffir !”. Des DIZAINES, vous êtes des dizaines à me contacter à propos de vCloud Director et de son avenir (bon, je force un peu… mais une grosse dizaine au moins). Ben, oui, on fait comment, nous, fidèles et SATISFAITS utilisateurs de vCloud depuis des années ? VMWare nous dit : vRA 7 … la bonne blague ? ha non, c’est pas une blague en fait … tristesse et colère !

Lire la suite …

rognotudju3

Rognotudju du Jeudi : une appse

Rognotudju !

Premier d’une longue série (j’en ai gros !), voici un nouveau type d’articles sur vBlog : plus direct (toujours), plus argneux (souvent), parfois potache, l’objectif avoué et même assumé est de faire redescendre la pression du quotidien et accessoirement, j’espère, vous faire sourire avec des pensées du type “tellement vrai” ou “pareil chez moi !”. Comme on peut le lire souvent sur la toile, entre les perles des hotlines et les bons mots des professionnels, il me semble que ce sujet “coup de gueule” a une matière à sa disposition quasiment intarissable :)

Aujourd’hui, juste un petit mot : appse. Ah, ce mot ! Bon déjà, qu’est-ce que ça signifie ? Je ne vais pas me risquer à vraiment vous donner une définition, car pour moi, ce mot n’existe pas. D’ailleurs, quand on interpelle ceux-là même qui l’utilisent tout le temps, on fait souvent face à un mutisme coupable qui en dit long. Si je reprend ce semblant d’étymologie, il semblerait que ce soit le singulier des “Apps” au pluriel … Gné ? Un pluriel singulier ? What (comme disent les Djeunz) ?! C’est comme si on disait “un vitraux” ou alors “un chevaux” ou même, soyons fous, un serveurSSE ! Rermarquez, ça pête pas mal un serveurSSE, je devrais proposer ça dans une prochaine réunion technique histoire d’appuyer là où ça fait mal :) . Un petit exemple illustrant mon propos, en réunion mobilité : “oui, mais est-ce que je pourrais utiliser mon appse dans ces conditions ?”.

C’est simple, je ne le supporte plus, ce mot, ce … truc ? Ca m’écorche les esgourdes, ça me perce les tympans, ça me démonte le vestibule … bref, STOP, ARRETEZ AVEC CA : une application, donc un “app” à la rigueur mais certainement pas une appse, comme si vous deviez absolument finir ce mot par un haut-le-cœur en mode remontée acide ou mini-rôt. Vous la voyez la scène ou pas, juste après un bon déjeuner avec un commercial avide de factures ? “Ha oui, j’ai oublié de vous en parler après la petite poire, vous savez que l’on dispose aussi d’une appSSSE .. (burps)”.

NON, DEFINITIVEMENT, NON : une APP, des APPses. POINT BARRE. JE MAWASHI GERI le prochain ou la prochaine qui emploie cette monstruosité face à moi, vous êtes prévenus !